Au mois de janvier 2013, Inerga (Entreprise de réalisation d’infrastructures énergétiques), filiale de Sonelgaz créée en 1979 et devenue autonome en 1990, se transformant en EPE/SPA avant d’être réintégrée à Sonelgaz en 2006, a obtenu la certification de son Système de management intégré (SMI). Yassine Zatout revient, dans cet entretien, sur les différents processus de certification de l’entreprise sur les résultats positifs induits par le SMI.

-Quelles sont les raisons qui ont poussé Inerga à adopter, dans sa gestion, le Système de management intégré ?

L’adoption du Système de management intégré (SMI) comme outil de gestion n’a pas été une simple décision fortuite, mais elle obéit à un des axes stratégiques du Plan de développement établi en 2010 et qui trace la feuille de route d’Inerga jusqu’à l’horizon 2020.
Ce plan stratégique illustre la vision globale du management à Inerga qui tient compte des enjeux sociaux économiques, de l’identification, de l’analyse et de la maîtrise proactive des risques des dysfonctionnements, des attentes et des besoins des clients, mais aussi de toutes les parties prenantes et enfin de l’amélioration continue des performances pour, bien évidemment, pouvoir maintenir sa compétitivité et ses parts dans les marchés. La mise en œuvre d’un SMI avec ses trois dimensions, qualité, sécurité et environnement, est l’outil le plus adéquat pour exprimer clairement sa stratégie et  assurer la cohérence de son management au regard de l’objectif : «Produire de la qualité en toute sécurité, sans polluer l’environnement», afin de maintenir la confiance de nos clients, partenaires et autres parties prenantes.

-L’adhésion est-elle forte au sein de l’entreprise ?

Quand la politique et la stratégie de l’entreprise dans ce domaine sont prônées personnellement par le PDG d’Inerga, les collaborateurs, à tous les niveaux, ne peuvent que suivre et s’impliquer dans la démarche. Les pilotes des processus et les chargés de la HSE, de leur côté, veillent continuellement à la sensibilisation du personnel aux principes de la qualité, de l’environnement et de la santé et sécurité au travail. C’est un état d’esprit qui est maintenu en permanence et qui a été favorisé par les résultats constatés par les collaborateurs sur le terrain en voyant leurs conditions de vie et de travail sur chantier bien meilleures que ce qu’ils avaient l’habitude de voir, ceci a d’ailleurs renforcé en eux le sentiment de fierté d’appartenir à Inerga, qu’ils affichent avec orgueil à la moindre occasion.

-Quels sont les résultats enregistrés jusque-là et qu’en est-il des perspectives à moyen terme ?

Sur le plan économique, les indicateurs de performance de l’entreprise ont affiché à la fin de l’année 2012 des résultats jamais réalisés par le passé, avec en premier lieu un chiffre d’affaires dépassant pour la première fois la barre des 7 milliards de dinars. Le lancement et la prise en charge en interne de certaines activités, telles que l’engineering et la charpente métallique (qui étaient dans un passé récent sous-traitées), ont permis de mieux maîtriser les différentes interfaces de certains projets réalisés en EPC tels que les stations et aires de services Naftal qui sont en cours de réalisation sur l’autoroute Est-Ouest. Ces facteurs permettront sans aucun doute de gagner dans les délais et  les coûts.  Sur le plan environnemental, les démarches de régularisation des autorisations d’exploiter ont été lancées en 2012 pour deux sites sur quatre et le reste est programmé pour l’année en cours.

L’amélioration des procédés de coffrage par l’acquisition de coffrages modulaires a permis la réduction des ratios de consommation du bois pour le coffrage, ce qui a une double incidence économique et environnementale.
La gestion des déchets s’est également  nettement améliorée. L’objectif relatif à la réduction de la fréquence des accidents de travail a été atteint. Enfin, l’amélioration des conditions de vie et de travail a apaisé le climat social au sein de l’entreprise et a énormément contribué à l’atteinte de ses objectifs. Pour le moyen terme, nous restons optimistes car la courbe de croissance restera ascendante comme prévu dans le plan stratégique de développement de l’entreprise. Pour preuve, et dans la conjoncture actuelle, Inerga envisage de terminer l’année 2013 avec un effectif moyen de 3100 agents contre une moyenne de 2500 enregistrée en 2012, soit 600 agents de plus toutes catégories confondues. Cet effectif pourra même atteindre 10 000 agents à l’horizon 2020.

« Source El Watan »